L'Onction et les obsèques

Quand une personne membre de la Communauté des chrétiens s'approche du seuil de la mort, si elle le souhaite, elle est tout particulièrement accompagnée et soutenue. Le prêtre lui rend visite pour s'entretenir avec elle de questions sprituelles et biographiques et peut lui apporter régulièrement la Communion à domicile. Des membres l'entourent par une présence chaleureuse et une aide concrètes - surtout si la personne n'a pas de famille proche. Quand le seuil s'approche, même si la personne ne peut plus s'exprimer et qu'elle semble inconsciente, il est possible de l'entourer en jouant d'un instrument de musique, en lisant des prières ou l'évangile qui résonneront profondément en elle.

Lorsque la mort s'approche de manière évidente, la personne reçoit le sacrement de l'Onction qui l'aide à franchir ce seuil. Car l'agonie  (du verbe grec ago, "lutter") est une réalité : bien souvent les étapes qui conduisent à la mort sont accompagnées de luttes intérieures. Ce sacrement aide à lâcher ses tensions en permettant de recevoir la force du Christ pour ce passage d'une vie à l'autre. On observe en effet bien souvent qu'après avoir reçu ce sacrement, la personne retrouve une certaine paix.

Du fait que la mort est un processus, cela a du sens comme on le voit dans différentes traditions, de veiller le/la défunt(e) jusqu'aux obsèques, si possible chez lui/elle. Un atmosphère de paix peut être créée dans la chambre où repose la dépouille grâce à des cierges, des fleurs déposées sur son corps et des lectures de textes spirituels. Environ trois jours après le décès, quand le corps de vie (corps éthérique) a quitté définitivement le corps physique, le rituel des obsèques peut être célébré sur le lieu où la dépouille sera livrée aux élément :  devant la tombe au cimetière, ou au crématorium.

Le rituel des obsèques se déroule en deux parties. Tout d'abord, une brève cérémonie est célébrée par le prêtre accompagné de deux servants, dans l'intimité, pour bénir le corps juste avant la fermeture du cercueil. Ensuite a lieu la cérémonie dans le cercle large. Au cours de celle-ci, le prêtre prononce une allocution qui retrace la vie du défunt dans ses grandes lignes. La présence de l'assemblé est essentielle dans cette célébration, elle forme comme une coupe autour de la personne qui se sépare de sa réalité terrestre, sachant de de l'autre côté du seuil, en miroir, le défunt est accueilli par un autre cercle constitué des défunts qu'elle connaît et d'êtres divins.

Le rituel des obsèques est suivi par la célébration de l'Acte de consécration de l'homme pour le défunt. Après le décès, une autre relation est à nouer avec la personne défunte, dans un dialogue intime, intérieur. Lire pour elle des textes ou des méditations à caractère spirituels peuvent l'aider dans son chemin dans l'au-delà, en particulier dans des situations difficiles comme celle où une personne s'est suicidée.

Pour approfondir :

Accompagner la mort  - Brochure sur l'accompagnement de la mort dans une perspective anthroposophique et par la Communauté des chrétiens

Méditations pour accompagner des défunts

À propos du suicide